Stockholm
19 Dec, Wednesday
-3° C
TOP

Ahwach, la critique du système

Les poèmes chantés dans Ahwach évoquent aussi le poids de certaines périodes pénibles vécues par la population. La succession des familles caïdales sur la région a instauré une sorte de système seigneurial. Les maitres des lieux ont établi un type de rapport d’asservissement avec leurs sujets. Gardant la mainmise sur la vie des tribus, les seigneurs ont réduit la vie des communautés en un enfer : confiscation des biens, emprisonnement, exil forcé, corvée …

Les poètes chanteurs profitent des scènes d’Ahwach pour relater ce vécu douloureux. Sur un ton pathétique, il parle de leur souffrance et celle des leurs. Parfois d’une façon explicite. D’autres fois en recourant à des procédés de contournement (antiphrase) pour échapper au courroux des maîtres.

Poème-exemple :

Our dari tazzitounte oula tourtite
Ikhf i nou ka dari hayy guighaounti.
Igayagh lmekhzen ghou nrar ar i srouati
Guen imgharen tizzar kollo ssoutelnagh
Iga lqaid asmmid our kifil a yalim

Je n’ai ni olivier ni jardin
Je suis nécessiteux mais je me sacrifie.
Sur une aire le makhzen nous bat comme du blé
Ses auxiliaires sont des fourches qui nous dispersent
Les qaids sont un vent qui t’éparpille ô foin.

Ce poème est aussi un témoignage sur une époque de l’histoire locale. Il s’agit du complot entre le colonisateur et les caïds. La confiscation poussée des biens a réduit les habitants au dénuement.

Les poètes chanteurs recourent aussi à l’ironie pour contester l’ordre établi par les caïds. Un renversement de sens entre l’implicite et l’explicite.

Ar yalla Fass i Meknas
Ar yalla ou zaghar
Ar talla Telouat i Sidi Hmmadi Iguez akal
Oussind imkkoussa aghanim ourta gguizen akal
Yan mi di fel babas erraht ilin guissent
Yan mour i difil yat wakhkha idder immout

Fès est en deuil, Meknès aussi
Marrakech pleure
Talouate pleure la mort de Sidi Hmmadi
Les héritiers dilapident l’héritage avant l’inhumation de Sidi Hmmadi
Celui qui a hérité quiétude, y vit
Celui qui n’a rien hérité est un mort –vivant

Au début, le poète parait être triste de la mort du caïd. Il évoque, avec antiphrase, le deuil de la population suite à ce sort tragique. Ensuite, il entre dans le vif du sujet pour évoquer, ironiquement, la hâte des héritiers à dilapider l’héritage et leur indifférence vis-à-vis de la mort de leur ascendant.

Poème-exemple 2 :

ikkatin yan ouzemz ourtannak imatil
nga zound izeatat nzouar i warra nagh
ima zound azemzad yafa rbbi fllagh

Il y avait un temps encore proche
Comme des singes nous devançons nos petits
Aujourd’hui nous sommes libres Grâce à dieu.

Poème-exemple 3 :

Ikkattin yan ouzemz ghoussan our tannak imatil,
Ignwan kawr didiren ima toussa oukan,
Ichcha yangh oulbsa guer twala n ifigher.
Merd abadan ayga lqital ichchatagh.
Walayni dik yafa rbbi fllangh,
Iwrrid kolo erjouaa illi nikka rouh,
Lssagh ilbd inou guergh serk a yakourai.
Noufad yad midden dak awinou ttinin :
« Yan iqqes ifigher daoukan ikkat anas
Yan iqqes ifigher danzrran amaououss
Oukan ar tissiwid achko tkka fllas. »
A talouat tga yat ljent aflla wakal
Oualainni guis lbattel islla kiwan.
Oualaynni ssfeld amz aoual a limam,
Ttassi ioualioun gh lssassat n wyyad.
Laaqel d laqoud agh tent i ttara yan.
Tan ijran i bab laaqel yara tent

Il y avait un temps encore récent
Le ciel a failli tomber, c’était dur
La grenouille nous dévoré au lieu du serpent
Si la guerre est un destin, dévorez-nous !
Aujourd’hui nous sommes libres, Dieu merci
Nos âmes vivent en paix
J’ai porté mes habits et me suis débarrassé de toi O bâton
Les gens disent dans les adages :
« Celui mordu par le serpent bat l’écuelle,
Celui mordu par le serpent voit la corde
Et en a peur car ça lui rappelle la première morsure »
Talouat est un paradis sur terre
Mais il y a de l’injustice
Écoute et saisi le sens ô Imam
Compose les propose sur les soubassements des autres
C’est dans la mémoire et sur papiers que les choses doivent être écrites
L’intelligent transcrit ce qu’il a vécu.

C’est une comparaison entre deux périodes catégoriquement différentes. Autrefois la vie était un calvaire sous la domination d’un système caidal moyenâgeux. Maintenant, le vent de liberté et de stabilité souffle fort avec l’avènement de l’indépendance.

Crédit Photographie : Abdellah Azizi

www.azifoto.com

Post a Comment

X